fbpx

Vitamines et suppléments alimentaires: La plupart inutiles selon les études; voici ceux qu’il faut prendre!

par TopSante 690 views0

Cet article vous a plu ? Faites-le savoir en le partageant:

La plupart des vitamines sont complètement inutiles, mais voici celles que vous devriez prendre
Cela semble être un conseil simple et évident: mangez des légumes, faites une activité physique régulière et, bien sûr, prenez vos vitamines.

Ou pas.

Des décennies de recherche n’ont permis de trouver aucune preuve scientifiques que les vitamines et les suppléments aient un effet bénéfique significatif. En fait, des études récentes vont dans le sens opposé, après avoir constaté que certaines vitamines peuvent être mauvaises pour vous. Plusieurs ont été associés à une augmentation de l’incidence de certains cancers, par exemple, tandis que d’autres ont été liés à une augmentation du risque de calculs rénaux.

Et une nouvelle grande étude publiée récemment suggère que, malgré cette prise de connaissances, les habitudes de consommation de comprimés sont restées pratiquement les mêmes au cours de la dernière décennie.

Alors, voici encore une fois une liste détaillée des vitamines et suppléments que vous devriez prendre – et ceux que vous devriez éviter:

Multivitamines: Sautez-les – vous obtenez tout ce dont vous avez besoin avec une alimentation équilibrée.

Pendant des décennies, on a supposé que les multivitamines étaient essentielles à la santé en général. La vitamine C pour « renforcer votre système immunitaire », la vitamine A pour protéger votre vision, la vitamine B pour vous maintenir en forme.

Non seulement vous obtenez déjà ces ingrédients à partir des aliments que vous mangez, mais des études suggèrent que les consommer en excès peut effectivement être nocif. Une vaste étude menée en 2011 sur près de 39 000 femmes âgées de plus de 25 ans a révélé que les femmes qui les prenaient à long terme présentaient en réalité un risque de décès plus élevé.

Vitamine D: prenez-la – Elle aide à renforcer vos os et l’apport alimentaire est insuffisant!

La vitamine D n’est pas présente dans la plupart des aliments que nous mangeons, mais c’est un ingrédient essentiel qui maintient nos os en force en nous aidant à absorber le calcium. La lumière du soleil aide également notre corps à la produire, mais il peut être difficile d’en avoir assez en hiver. Plusieurs études récentes ont montré que les personnes prenant quotidiennement des suppléments de vitamine D vivaient plus longtemps, en moyenne, que celles qui n’en prenaient pas.

Antioxydants: à oublier – un excès de ceux-ci a été associé à un risque accru de certains cancers.

Les vitamines A, C et E sont des antioxydants que l’on trouve en abondance dans de nombreux fruits, en particulier les fruits rouges, et légumes. Ils ont été vantés pour leur capacité présumée de protection contre le cancer.

Mais des études suggèrent que, pris en excès, les antioxydants peuvent être nocifs. Une vaste étude sur les hommes fumeurs a révélé que ceux qui prenaient régulièrement de la vitamine A étaient plus susceptibles de contracter le cancer du poumon que ceux qui n’en prenaient pas. Et un rapport de 2007 sur les essais de plusieurs types de suppléments d’antioxydants indique: « Un traitement avec du bêta-carotène, de la vitamine A et de la vitamine E peut augmenter la mortalité. »

Vitamine C: Sautez-la – elle ne vous aidera probablement pas à vaincre votre rhume et vous pouvez aussi manger des agrumes.

La vitamine C est un cirque médiatique. Une étude réalisée par Studyafter a montré que la vitamine C synthétique ne fait pratiquement rien pour prévenir le rhume. De plus, des mégadoses de 2 000 milligrammes ou plus peuvent augmenter le risque de calculs rénaux douloureux.

Alors prenez plutôt cette vitamine de votre nourriture.

Vitamine B3: oubliez-la et mangez plutôt du saumon, du thon ou de la betterave.

Pendant des années, la vitamine B3 a été promue pour tout traiter, de la maladie d’Alzheimer à la maladie cardiaque. Mais des études récentes ont appelé à mettre fin à la prescription excessive de ce nutriment.

Une vaste étude menée en 2014 auprès de plus de 25 000 personnes atteintes de cardiopathie a révélé que mettre les patients sous traitement à base de la vitamine B3 afin d’augmenter le taux du bon cholestérol aussi connu sous le nom du cholestérol HDL ne réduisait pas l’incidence des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des morts.

De plus, les participants à l’étude qui prenaient les suppléments de B3 étaient plus susceptibles que ceux prenant un placebo de développer des infections, des problèmes de foie et des saignements internes.

Probiotiques: ignorez-les – la science n’est pas encore assez avancée pour qu’ils en retirent un bénéfice significatif, et vous pouvez manger du yogourt à la place.

Les probiotiques – des suppléments bactériens coûteux qui peuvent coûter jusqu’à 1£ par pilule mais que l’on trouve naturellement en petites quantités dans le yogourt et les autres aliments fermentés – sont devenus des produits retenant un marché d’environ 23,1 milliards de dollars en 2012.

Leur action est simple: soutenir les milliers de milliards de bactéries qui prolifèrent dans notre intestin et qui, nous le savons, jouent un rôle crucial dans la régulation de notre santé.

Mais concrétiser cette idée a été un peu plus compliqué. Jusqu’à présent, les effets des probiotiques ne sont pas scientifiquement prouvés. Parfois, ils aident, parfois non.

Zinc: prenez-le, c’est l’un des seuls ingrédients bénéfique pour le rhume.

Contrairement à la vitamine C, qui, selon des études, ne fait probablement rien pour prévenir ou traiter le rhume, le zinc en vaut vraiment la peine. Le minéral semble interférer avec la réplication des rhinovirus, les insectes responsables du rhume.

Dans une revue d’études de 2011 sur des personnes récemment malades, les chercheurs ont examiné celles qui avaient commencé à prendre du zinc et les ont comparées à celles qui venaient de prendre un placebo. Ceux sur le zinc avaient des épisodes de rhumes plus courts et des symptômes moins graves.

Vitamine E: oubliez la – un excès a été associé à un risque accru de certains cancers et vous pouvez manger des épinards à la place


La vitamine E, un antioxydant, a été popularisée pour sa capacité présumée de protection contre le cancer. Mais une vaste étude réalisée en 2011 sur près de 36 000 hommes a révélé que le risque de cancer de la prostate était en réalité plus élevé chez les hommes prenant de la vitamine E que chez ceux prenant un placebo.

Acide folique: bénéfique pour les femmes enceintes:

L’acide folique est une vitamine B que notre corps utilise pour fabriquer de nouvelles cellules. La National Institute of Health recommande aux femmes enceintes ou désireuses de grossesse de prendre 400 microgrammes d’acide folique par jour, car leur corps exige davantage de cet élément essentiel quand elles portent un fœtus en pleine croissance.

En outre, plusieurs grandes études ont associé une supplémentation en acide folique avant et pendant la grossesse à une diminution du taux d’anomalies du tube neural, d’anomalies congénitales graves et mettant en jeu le pronostic vital du cerveau, de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière du bébé.




Commentaires

commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>